Espace Vitalité - L'intuition de l'artiste, la précision du professionnel

Qui suis-je ?

Madeleine est le prénom qui m'a été donné à la naissance. 

Pourtant, je n'ai été appelée Madeleine qu'à partir de 30 ans. 
Ce changement de nom a été pour moi l'occasion d'une renaissance ...
d'une ouverture ... à un potentiel nouveau.
 
Mad n'est pas un diminutif ; plutôt une forme commune, concentrée, des deux prénoms qui m'ont été donnés, Mady, Madeleine.

La brousse africaine
Depuis l'enfance, dans la brousse africaine, ou au 5e étage de l'immeuble paternel avenue de Tervuren, à travers les bêtises, les découvertes, les dangers, le permis, l'interdit, le caché, l'entre les lignes, ... ce qui m'intéresse est ce qui ne se voit pas, l'autre côté des choses, leur langage secret, leur clin d'oeil ... qui trame la vie et lui donne sont piquant, sa saveur, ... sa pleine dimension et son mystère.

Waulsort-sur-Meuse
Après la brousse africaine et l'avenue de Tervuren, le petit village de Waulsort-sur-Meuse, ... à 100 m du fleuve, à 100 m des bois. J'y arrive à 8 ans. L''école à Dinant et les trajets dans la petite micheline, ou plus tard à vélo pour le plaisir de voir les rochers de Freyr dans les brumes matinales ... et avoir un moment de solitude, ... pas du luxe dans une fratrie de 5 !
 
La photographie ...
Papa nous fait souvent poser devant son objectif, ce que je déteste ! Pourtant la photographie m'intrigue et m'attire ; je demande mon premier appareil photo pour mon anniversaire. Ensuite j'économise pour m'acheter le matériel pour imprimer mes photos dans ma chambre, occultée. 
 
 ... et le journalisme
Pour le plaisir d'écrire et de photographier, une licence en journalisme à l'Ihecs, à Tournai ; Mémoire en photographie sur les Pubs de Londres. Ensuite premiers jobs à Bruxelles, dans la presse associative.
 
Le massage
J'ai commencé le massage en 1983, suite au décès de ma mère, réalisant en choc l'impuissance et l'aveuglement face à la maladie. Les écrans et le papier ne m'intéressent plus. Je vais suivre à Londres une première formation en Health Care Massage et, sur la malle du retour, j'emporte ma table de massage à Bruxelles ; pourtant, quand je masse, trop de questions restent encore sans réponse...
 
L'Ashtanga Yoga ...
Quelques années plus tard, je suis une formation en Massages Psycho-Energétiques, puis en Ashtanga Yoga (avec J.-C. Garnier) et, en parallèle, des études de kinésithérapie en cours du soir. 

... et la kinésithérapie
L'Ashtanga Yoga et la Kinésithérapie se complètent de manière extraordinaire, même si plusieurs millénaires les séparent ! Je me sens vivre à l'exponentiel. En dernière année de Kiné, je pars en Inde rencontrer et suivre les cours de Shri K. Pattabhi Jois, et y faire mon Mémoire sur la thérapeutique commune entre l'Ashtanga Yoga et la kinésithérapie. Je poursuis ma formation en Ashtanga Yoga à Bruxelles, en France à la Communauté de l'Arche et chez Odile Morcrette à Lille ; à Mysore chez Gurudji et chez John Scott dans les Cornouailles. Chaque situation qui se présente est pour moi un apprentissage, un pas de plus dans la connaissance de l'être humain.
 
Le Centre de Kinésithérapie
Quelques années dans différents cabinets de kinésithérapie, à l'Institut de beauté Irène Kessler, au Centre John Harris Fitness au Château du Lac, avant de créer mon propre espace, avenue Henri Jaspar 89 ... à quelques mètres de la Clinique Antoine Depage ... créée par mon grand-père, Henri Depage, en hommage à son père. Deux amis collègues se joignent à mon projet. Au bel étage, trois cabinets kiné et, à l'entresol, un "Espace - Mise en forme" pour le yoga, la gymnastique douce et le massage bien-être. 
Je vis à du 200 à l'heure : c'est pour moi le bonheur parfait !

Maternité et vie nouvelle : naissance et renaissance ...

En 2002, l'immeuble est vendu ce qui met fin au Centre de Kinésithérapie.

A ce moment, ma fille a deux ans.

Je commence à remettre en question la vie "sur les chapeaux de roues" que j'ai vécue jusqu'alors ...
 
Période sabbatique, jachère ... ou chrysalide ... pendant laquelle ma vie se transforme malgré moi, d'abord par la rencontre de Yumma Mudra (Myriam Szabo) et la participation au projet Danza Duende ; ensuite par la reprise de cours d'Ashtanga Yoga lors de stages avec John Scott. 

Début d'un retour aux sources réunissant expérience et connaissance en une conscience intuitive, créative, vivante.

Cette conscience nouvelle, qui s'éveille, est la base de mon travail actuel.

Quelques photos de parcours ... :
























































































































































Assistant de création de site fourni par  Vistaprint